VOUS ÊTES ICI > Asthme des coiffeurs

Asthme des coiffeurs


Agent(s) : EUGENOL, HENNE NOIR, HENNE ROUGE, LATEX, PARAPHENYLENEDIAMINE, PERSULFATES, SENNE, SERICINE,
Métier(s) : COIFFEUR,

Conditions

L'association d'une exposition à des irritants et des allergènes dans des lieux souvent mal ventilés, sans hotte aspirante, est le principal danger. Les persulfates, agents de blanchiment sont reconnus statistiquement pour être le plus souvent en cause (4% de tous les asthmes professionnels). Ces asthmes aux persulfates sont ceux qui ont la plus longue période de latence avant le début des symptômes. Les asthmes dus aux colorants (PPD) sont plus fréquents dans l'Europe du Nord. Dans les usines de fabrication des persulfates, il a été démontré qu'un taux d'exposition inférieur à 1 mg par mètre cube d'air protège de la sensibilisation.L'eugenol, phénol extrait du clou de girofle, est utilisé dans les après-shampoings et il est responsable d'asthme.
L' activité oxydante du persulfate d'ammonium induit l'activation des basophiles et mastocytes humains chez les sujets exposés et sensibilisés. Cette action pourrait être cruciale dans le mécanisme  de l'asthme professionnel et de la rhinite aux persulfates.

Symptômes

La rhinite dans les minutes qui suivent le contact est le premier symptôme. L'asthme typique, rythmé par le travail et le geste professionnel, est souvent associé.L'urticaire et l'œdème du visage sont fréquents. L'eczéma des mains est assez fréquent pour faire parti des signes à rechercher chez toutes les coiffeuses. La réaction double Prick Test et Patch Test positifs associés à de l'asthme et de l'eczéma sont classiques.
Un cas de dysphonie, du aux persulfates,  a été décrit et prouvé par un TPB et une endoscopie des voies aériennes supérieures.

Incidences

Incidence liée au terrain atopique. Le mécanisme, dans le cas du henné et de la séricine, est IgE dépendant. Pour le thioglycolate d'ammonium (mise en plis) : la preuve n'est pas faite. Pour les résines synthétiques des laques capillaires il pourrait s'agir d'une pneumopathie d'hypersensibilité. Les persulfates ont une action irritante majeure. Les tests cutanés, faits avec les persulfates sont inconstants et les IgE spécifiques n'ont jamais été mises en évidence. Ils ont une action histaminolibératrice directe in vitro. L'augmentation de l'asthme chez les coiffeurs et dans les métiers de la cosmétologie a été mise en évidence dans une étude américaine (p < 0.005). Un travail de 2010 essaye de définir la"marche" de l'allergie dans la pathologie des coiffeurs. Dans un cas clinique présenté, après 10 ans d'exposition à l'ammonium persulfate une coiffeuse développe un eczéma de contact puis 7 mois plus tard, des symptômes respiratoires. Tous les examens pour confirmer l'eczéma et l'asthme sont positifs. Les auteurs suggèrent qu'il y aurait une chronologie dans l'apparition des signes cliniques: la "marche de l'allergie". Deux études de prévalence de l'asthme des coiffeurs en 2011 rapportent des constatations légèrement différentes. La première en Espagne, avec un interrogatoire téléphonique, chez des coiffeurs(es) uniquement, rapporte une prévalence de 9,5% pour l'asthme. La rhinite et l’eczéma, sont des facteurs de risque de l'apparition de cet asthme.La deuxième en GB, mais avec un groupe contrôle, montre une prévalence presque identique dans les deux groupes (respectivement 16 et 17%). Par contre la rhinite est plus fréquente chez les coiffeurs. Dans une étude polonaise, il apparait que les signes ORL et bronchiques apparaissent dés la période d'apprentissage.Ces constatations devraient permettre, par l'identification des sujets à risques , de faire une réorientation professionnelle précoce.

Diagnostic

Tests cutanés : henné et séricine.Tests réalistes à l'hôpital (poudres : risque au moment des mélanges). Réactions retardées possibles lors d'un test de provocation bronchique. Les tests cutanés sont positifs dans 24% des cas. L'hyperréactivité bronchique existe dans 58% des cas, et le TPB est seulement présent dans 22% des cas. (Schwaiblmair et al.) La comparaison de la mesure du taux de tryptase et de l'ECP avant et après le test de provocation bronchique est une possibilité complémentaire pour approcher le diagnostic étiologique. Des études espagnoles récentes (2003-2004) ont validé les tests cutanés et les TPB avec les persulfates de potassium.Les TC sont préparés avec des solutions de persulfates de potassium ou de sodium avec un dosage 1,5 en p/v. Ces TPB étaient positifs chez tous les sujets sensibilisés. De même, en Finlande, les IgE spécifiques ont été mis en évidence avec de l'amonium persulfate de potassium. La mesure du NO exhalé, associé aux différentes autres méthodes non invasives de mesure de l'inflammation serait un bon moyen de détecter précocément cette inflammation.

Bibliographie

Int Arch Allergy Immunol 2012; 160:409-419 Pignatti P et al
Am J Ind Med. 2012 ;55:353-60 Arrandale VH et al
Int J Tuberc Lung Dis 2012; 16:138-9 Herin F et al

Int Arch Allergy Immunol 2011; 155: Espuga M et al
Occup Med 2011; 61:328-34 Bradshaw L et al
Med Pr 2011; 62:517-26 Golinska-Zach A et al

Med Lav 2010, 10:403-8 Poltronieri A et al

BMC Public Health 2009,113 Tossa P. et al.
Allergy 2008,63:137-138 Quirce S. et al.
Arch. Bronchoneumol. 2008,44:140-145 Munoz X. et al.
Clinics 2008,63:149-150 Pacheco Figueiredo J. et al.
Environ. Health 2006,5:23 Mounier-Geyssant E. et al.
Curr. Opin. Allergy Clin. Immunol. 2006,6:91-95 Moscato G. et al.
Contact Dermatitis 2006,54:62-63 Harth V. et al.
J. Occup. Environ. Med. 2006,48:1062-1069 Kreiss K. et al.
Chest 2005,128:3590-3598 Moscato G. et al.
Contact Dermatitis 2003,49:22:25 Aalto-korte K. et al.
Chest 2003,123:2124-2129 Munoz X. et al.
Occup. Environ. Med. 2004,61:861-866 Munoz X. et al.
Allergy Asthma Proc. 2001,22:235 - Galaortiz G. et al.
Int. Arch. Occup. Environ. Health. 1997,70:419 - Schwaiblmair et al.
Occup. Environ. Med. 1996,53:422 - Merget R. et al.
Allergy 1997,52:231 - Scibilia J. et al.
Allergy 1996,51:481
Int. Arch. Occup. Environ Health 1995,67:413
Allergy 1992;47:656-60 Parra FM et al
Jama 1977,238,8:888
Am. Rev. Resp. Dis. 1987 (part2): A 443
Fiche All. Resp. Prof.n°11 INRS
Rev. Fr. All. 1966,3:150
Rev. Fr. All. 1967,4:193
Ann. Allergy 1982,48:98
Chest 1987,92,3:577
Clin. Allergy1979,9:109
Clin. Allergy 1976,6:339

Tableau

Régime Général n°66