VOUS ÊTES ICI > Asthme dans l'horticulture, jardins et serres

Asthme dans l'horticulture, jardins et serres


Agent(s) : ACALYPHA WILKESIANA, ACHILLEE MILLEFEUILLE, ALFA, AMARYLLIS, ARABIDOBSIS TALIANA, ARMOISE, ARTICHAUT, ASPARAGUS OFFICINALIS, BROCOLI, CAMOMILLE, CARTHAME ou FAUX SAFRAN, CHOU-FLEUR, CHRYSANTHEME, CLOCHETTE D'IRLANDE, CYCLAMEN, DIPLOTAXIS ERUCOIDES, ENDOTOXINES, ESTRAGON, FICUS BENJAMINA, GYPSOPHILE, JACINTHE, JASMIN, LATHYRUS ODORATUS, LATHYRUS SATIVUS, LIERRE, LILIACEES, LIME, LIMONIUM SINUATUM, LIMONIUM TATARICUM, OEILLET, OLIVIER, POLLENS D'AUBERGINE, POLLENS DE BETTERAVE, POLLENS DE COLZA, POLLENS DE FRAISIERS, POLLENS DE GRAMINEES, POLLENS DE PAPRIKA, POLLENS DE PHOENIX, POLLENS DE PYRETHRE, POLLENS DE TILLEUL, POLLENS DE TOURNESOL, PRIMEVERE, ROSE, SALADELLE, SINAPIS ALBA ou MOUTARDE BLANCHE, STATHIPHYLLUM, STEPHANOTIS, STIPA, TOMATE, TULIPE,
Métier(s) : FLEURISTE, HORTICULTEUR, INDUSTRIE AGRONOMIQUE, JARDINIER, PAYSAGISTE, PHARMACIEN, VITICULTEUR,

Conditions

Personnel employé dans les serres de culture intensive (jasmin, chrysanthème) ou à l'extérieur (rose, clochette d'Irlande ou Moluccella laevis). En turquie, dans une usine d'extraction de parfum de rose, il est apparu une sensibilisation à l'allergène de la rose domescena, mais pas d'asthme professionnel. Chez les chercheurs en agronomie (tournesol). Mais aussi tous les métiers touchant aux plantes : fleuristes (tulipes, armoise), industries de l'alfa (stipa). Les allergènes sont les pollens, mais aussi les feuilles, les bractées, les bulbes, les graines et les moisissures (Cladosporium, Penicillium, Aspergillus et Alternaria). Le travail dans les serres augmente les risques professionnels par rapport au travail en pleine nature. Les pollens de crucifères sont également responsables de sensibilisation professionnelle dans les zones cultivées. Par exemple, Diplotaxis erucoides ou fausse roquette entraîne des asthmes chez les vignerons. Cette crucifère pollinise en mars et avril entre les rangées des ceps de vigne. D'autres crucifères peuvent être impliquées dans d'autres cultures comme Brassica oleifera dans les cultures de colza, Brassica oleracea dans les cultures de choux-fleur, Brassica oleacera italica cymosa dans les cultures de brocoli. De même, Sinapis alba est planté dans les cultures extensives d'oliviers en Espagne et dans la vigne. Les horticulteurs peuvent également se sensibiliser à la moisissure Aspergillus Niger lorsqu'il contamine les cultures. L'Asparagus officinalis (asperge) est connu pour entraîner des réactions d'allergie alimentaire, mais il peut aussi provoquer asthme et rhinite chez ceux qui le cultivent. Les limes et la camomille utilisés dans l'industrie des cosmétiques peuvent également provoquer urticaire de contact, rhinite et asthme. Dans l'industrie du bois, les colles chimiques utilisées pour les stratifiés ont été reconnues comme dangereuses. On a donc essayé de faire des pâtes à joints à base de fleur (lathyrus sativus), mais cette dernière a provoqué une sensibilisation. Le rôle des fleurs séchées dans la génèse des asthmes professionnels des fleuristes est connu, mais un cas d'asthme professionnel aux fleurs fraiches de la saladelle (Limonium sinuatum) a été décrit. Un asthme lié à une sensibilisation exclusive, IgE dépendante aux fleurs de tomates a été démontré chez un jardinier travaillant uniquement sous serre. L'arabidobsis taliana (souris-oreille), qui fait partie de la famille des brassicacées, est très utilisée par les chercheurs à cause de la particularité de son génome. Un premier cas d'asthme professionnel à cette plante vient d'être décrit. Un cas d'asthme aux TLP (protéin thaumatin-like) qui sont des protéines de défense des végétaux a été décrit chez un ouvrier travaillant dans un moulin à huile d'olive.
Actuellement (2011) on individualise de plus en plus deux types de pathologies. La première due classiquement aux différentes plantes et pollens, la seconde est liée au travail dans les serres. Dans l'air respiré il existe des bactéries des matériaux fungiques, des endotoxines (1-3 beta D-glucan). Ces biocontaminants, retrouvés dans l'atmosphére à des taux variables sont responsables d'AP et de rhinites.

Symptômes

En général asthme pollinique typique avec coryza spasmodique. Reproduction des symptômes de la pollinose lors du travail, en dehors de toute pollinisation naturelle. Asthme lors de la préparation de bouquets de fleurs séchées, le nettoyage des feuilles (ficus) et l'entretien (stathiphyllum). Les jardiniers peuvent déclencher des crises d'asthme lors de la tonte des pelouses (aérosol d'allergène de graminées). Le phoenix provoque une urticaire de contact et de l'asthme. Les cas d'urticaire des avant-bras augmentent régulièrement. En 2001, une pneumopathie d'hypersensibilité et une alvéolite allergique extrinsèque a été décrite au contact du Stipa tenacissima. Le lierre peut donner des dermites de contact, mais surtout des réactions toxiques. Le mécanisme IgE n'a pu être mis en évidence.

Incidences

Directement liée à la proportion de sujets atopiques présents sur les lieux du travail, à la durée d'exposition et à la quantité d'allergènes inhalés. Les candidats à ces professions qui ont un terrain atopique doivent être informés du risque de sensibilisation. Mécanisme à IgE. Les symptômes et la sensibilisation sont directement liés à la quantité de pollen inhalé (intérêt des mesures préventives). La sensibilité aux artichauts (Cynara scolymus) comporte un antigénicité croisée avec le pollen de pariétaire (Parieteria judaïca).

Diagnostic

Prick test, test de provocation bronchique à l'hôpital, ImmunoCAP camomille(w206), chrysanthème(w7), tournesol(w204), armoise commune (w6).

Bibliographie

Int J Occup Med Environ Health 2011;24: 304-7 Wiszniewska M et al
Ann Allergy Immunol 2006;7: 719-22 Perez E et al
Ann Occup Hyg 2011; 55: 272-85 Adhikari A et al
N. Engl. J. Med. 2008,20:1306-1307 Palomares O et al.
Eur. Resp. J. 2008,32:1111-1112 Yates B et al.
J. Allergy Clin. Immunol.2008,122:1229-1231 Vandenplas O et al.
Allergy 2008,63:482-483 Hannu T et al.
Ann. Allergy Asthma Immunol. 2007,99:576-577 Vidal C et al.
Allergy 2006,61:1239-1240 Compes E. et al.
Allerg. Immunol. (Paris) 2006,38:90-93 Ariano R. et al.
Med. Pr. 2006,57:359-364 Swierczyniska-Machura D. et al.
J. Dtsch Dermatol. Ges. 2003,1:285-290 Kurzen M.
Ann. Allergy Asthma Immunol. 2006,96:719-722 Perez E. et al.
Allergy 2006,61:498-502 Hermanides H.K. et al.
Allergy Immunopathol (Madr) 2005,33:326-328 Anton Girones M. et al.
Asian Pac. J. Allergy Immunol. 2004,22:103-108 Akkaya A. et al.
Chest 2004,125:2336-2339 Akpinar-Elci M. et al.
Ugeskr Larger 2003,165:3526-3529 Jors E.
Curr. Opin. Pulm. Med. 2004,10:147-150 Monso E.
Ann. Allergy Asthma Immunol. 2003,91:92-95 Miralles J.C. et al.
Clin. Exp. Allergy, 2004,34:131-136 Tabar A.I. et al.
Occup. Environ. Med. 2003,60:701-703 Miesen WN. et al.
Contact Dermatitis 2003,49:162 Rudzki E. et al.
Allergy 2002,57:936 Demir A.U. et al.
Allergy 2002,57:835 Groenewoud G.C.M. et al
Allergy 2002,57:652 Gil M. et al.
Am. J. Respir. Crit. Care Med. 2002,165:954 Monso E. et al.
J. Allergy Clin. Immunol. 2001,108:125 - Brito FF. et al.
Allergy 2001,56:679 - Garcia-Ortega P. et al.
Med. Lav. 2001,92:203 - Ferrugia E. et al.
J. Investig. Allergol. Clin. Immunol. 2000,11:67 - Hinojosa M.
J. Allergy Clin. Immunol. 1999,103:950 - van der Zee J.S. et al.
J. Allergy Clin. Immunol. 1999,104:181 - Sanchez-Guerrero I. et al.
Allergy 1999,54:78 - Baz et al.
Allergy 1999,54:273 - Piirilä P. et al.
Allergy 1998,53,907, Vandeplas O. et al.
Allergy 1996,51:847
J. Allergy Clin. Immunol. 1995,96:693
Allergy Proc. 1995,16(3):415
Allergy 1995,50:277
Allergy 1995,50:174
Allergy 1993,43:285
Clin. Exper. Allergy 1992,22:501;
Clin. Exper. Allergy 1992,22:423;
Int. Arch. Allergy Appl. Immun.1984,75:44;
Rev. Fr. Allergol.1990,30(3):185;
J. Allergy Clin. Immunol.1990,86:199;
J. Allergy Clin. Immunol.1985,75:268;
J. Allergy Clin. Immunol.1985,75:164;
Frazier Cl. A." Occupational Asthma"Van Nostrand Reihold Ed., N.Y. 1980;

Tableau

Régime Général n°66
Régime Agricole n°45