VOUS ÊTES ICI > Asthme dû au méthacrylate de méthyle, au cyanoacrylate et à l'aziridine

Asthme dû au méthacrylate de méthyle, au cyanoacrylate et à l'aziridine


Agent(s) : AZIRIDINE POLYFONCTIONNELLE, CYANOACRYLATE, DIACRYLATE, METHACRYLATE DE METHYLE,
Métier(s) : BIOLOGISTE, CHIRURGIEN, DENTISTERIE, ESTHETICIENNE, GRAPHISTE, INDUSTRIE AUTOMOBILE, INDUSTRIE CHIMIQUE, INDUSTRIE DES ADHESIFS, INDUSTRIE DU BATIMENT, MANUCURE, PEINTRE, PHOTOCOPIEUR, PHOTOGRAPHE, PROTHESISTE,

Conditions

L'exposition au methacrylate augmente le risque d'asthme.La famille des acrylates se divise en deux : d'une part les résines, d'autre part les colles. Le méthacrylate de méthyle est un précurseur des résines acryliques polymérisées. L'inhalation des colles au cyanoacrylate provoque des crises d'asthme. Les durcisseurs, tels que l'aziridine polyfonctionnelle (PFA) peuvent également provoquer de l'asthme. La PFA est utilisée dans les peintures à l'eau et les encres en remplacement des solvants organiques et nécessite des protections pour son utilisation. D'autre part, l'aziridine est classée cancérigène catégorie 1 et 2 du classement CIRC.
La ventilation (en particulier en aspiration par le bas) protègerait les sujets exposés (pose d'ongles artificiels). Les systèmes de ventilation réduisent la concentration de méthacrylate de méthyle, mais pas la concentration des poussières de résines acryliques. Chez le dentiste, il existe des taux mesurables dans le cabinet de 2-hydroxyethyl methacrylate et d'ethyl methacrylate. Ces taux peuvent être diminués par une surveillance accrue du matériel (élimination des matériels défectueux).

Une étude a montré que les composés volatils de methacrylate peuvent se trouver en quantité très importante chez les dentistes, jusqu'à 200 fois les taux autorisés. Les autres composés : hydroxyethyl methacrylate (HEMA), ethylene glycol dimethacrylate (EGDMA) et triethylene glycol dimethacrylate (TEG-DMA) sont à des taux moindres, de l'ordre de 13 à 45 microgrammes/m3 d'air.
Une personne travaillant dans la sérigraphie avec des vernis contenant divers acrylates a développé après 7 ans d'exposition au risque des symptômes ORL et bronchiques.

Des ciments pour les prothèses chirurgicales contiennent des polymethacrylates et peuvent, par répétition des contacts, entraîner asthme et eczéma chez le personnel médical.
Deux cas de rhinite, conjonctivite et asthme ont été décrits et prouvés dans l'industrie de l'optique. Ces techniciens fabriquaient des lentilles de contact qui contiennent dans leur composition des acrylates.
Une nouvelle exposition aux acrylates a été décrite en Suède. Une industrie en pleine expansion: couches et autres produits d’hygiène, utilise les acrylates.Le papier absorbant est associé aux polymères superabsorbants ( SAP pour les anglosaxons). Les polymères superabsorbants sont des polymères de polyacrylates de sodium, qui forment un gel au contact de l'eau. Ils peuvent absorber jusqu'à cent ou mille fois leur poids en eau. Une étude comparative a été menée chez les 1043 ouvriers de l'usine. Un groupe (689) exposés aux superabsorbants, et l'autre (186) exposés uniquement à la poussière de papier. Les symptômes au niveau des yeux, du nez et des bronches ne sont pas augmentés dans l'exposition aux seuls superabsorbants mais lors de l'exposition poussière-superabsorbants

Symptômes

L' asthme est associé à des manifestations ORL importantes : rhinite, sinusite, laryngite et conjonctivite. De l'urticaire (colles) et/ou un eczéma récidivant peuvent exister. Des céphalées, des sensations d'ébriété et des troubles digestifs ont été décrits.Des eczémas de contact sont très fréquents chez les esthéticiennes.

Incidences

L'incidence est en augmentation très importante dans le personnel dentaire et chez les esthéticiennes. Cependant, elle est faible par rapport à la très grande utilisation de ces résines. Le mécanisme semble plutôt de type irritatif et toxique hormis les lésions d'eczéma (PFA). Le tabac est un facteur aggravant prouvé. Il n'y a pas de mécanisme immunologique démontré. Les études les plus récentes (2002) montrent une augmentation de la fréquence des sensibilisations au méthacrylate dans l'industrie de la prothèse dentaire, et l'apparition, à côté de l'eczéma d'authentiques manifestations respiratoires.Chez les esthéticiennes, les sensibilisations, selon les produits, peuvent toucher de 33 à 86% du personnel.

Diagnostic

Le test de provocation bronchique réaliste (en milieu hospitalier) et le suivi des paramètres ventilatoires sur les lieux du travail sont des arguments décisifs. Les tests cutanés peuvent être faits et les IgE spécifiques recherchés, mais sont rarement positifs. Il n'y a pas de réactions croisées entre les différents acrylates lors des TPB. L'étude des éosinophiles dans l'expectoration est positive après exposition professionnelle ou après les tests réalistes au cyanoacrylate.

Bibliographie

J Investig Allergol Clin Immunol 2011; 21: 78-9
BMC Public Health 2011; 11: 557-61 Holm M et al
J. Adhes. Dent. 2009,11:101-107 Marquardt W. et al.
Duodecim 2009,125:1209-1213 Hannu T. et al.
Ann. Allergy Asthma Immunol. 2009,102:440-441 Jurado-palomo J. et al.
N. Engl. J. Med. 2009,28:2375-2376 Sanchez-Garcia S et al.
Am. J. Ind. Med. 2008,15:968-974 Sauni R. et al.
Actas Dermosifiliogr. 2008,99:788-794 Roche E. et al.
Allergy 2007,62:648-654 Jaakkola MS et al.
Allergy 2007,62:575-576 Toren K
Orthopedia 2006,35:958-960 Thomas P. et al.
Allergol. Immunopathol. 2006,34:32-36 Reig Rincon de Arellano I. et al.
J. Occup. environ. Hyg. 2005,2:302-306 Hagberg S. et al.
Rev. Mal Resp. 2005,27 Soumis à publication Thorette C. et al.
Med. Lav. 2003,94:285-295 Sartorelli P. et al.
Pneumologie 2003,57:149-152 Holzel C. et al.
Allergy 2003,58:957 Wittczak T. et al.
Int. Arch. Occup. Environ. Health 2002,75:209 Piirila P. et al.
Allergy 2001,56:446 - Kuirce S. et al.
Allergy 1999,54:289 - Weytjius K. et al.
Aerugi 1999,48:1238 - Susuki K. et al
Am. Ind. Hyg. Assoc. J. 1999, 60:625 - Nayebzadeh A. et al.
Am. Ind. Hyg. Assoc. J. 1997,58:214 - Spencer A.B. et al.
Rev. Mal. Resp. 1996,13:305 - Kopferschmit-kubler M.C. et al.
Clin. Exp. Allergy 1995,25:423
Presse Med. 1991,20,8:386
J. Ital. Med. Lav. 1984,6:225;
Br. Med. J. Clin. Resp. 1986,292:1362;
Br. Med. J. Clin. Resp. 1986,292:1597;
Thorax 1985,40:836;
Arch. Mal. Prof. 1975,36:58;

Tableau

Régime général n°82 et n°66
Régime Agricole n°45A