VOUS ÊTES ICI > Asthme dû à l'hydroxychloroquine

Asthme dû à l'hydroxychloroquine


Agent(s) : HYDROXYCHLOROQUINE, PLAQUENIL,
Métier(s) : INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE, PERSONNEL MEDICAL,

Conditions

Exposition longue (plus de dix ans) dans le seul cas d'asthme décrit.

Symptômes

L'asthme est associé à un eczéma des mains, du tronc et de l'encolure. Il existe également une conjonctivite et une rhinite. Dans l'utilisation thérapeutique du produit, de nombreux incidents ont été décrits : photodermatose, exanthème maculo-papuleux, purpura, vascularite et même des nécrolyses épidermiques toxiques.

Incidences

Un seul cas d 'asthme publié. Dans ce cas particulier, le sujet est atopique mais il n'a pas été possible de retrouver un lien entre les symptômes et l'atopie. Il existe un cas de sensibilisation cutanée se manifestant par un érythème multiforme chez une patiente traitée au long cours par l'hydroxychloroquine.

Diagnostic

En ce qui concerne l'eczéma de contact, on peut faire des tests épicutanés et patch-tests avec l' hydroxychloroquine à 0.1%, 0.5%, 1 et 2 %. Le scratch-test à l'hydroxychloroquine pur et à 2% est négatif en lecture immédiate et positif à 48 heures. Le test de provocation bronchique est positif à la 30ème heure (chute de 22% du VEMS) et il est associé à une élévation thermique. La réversibilité sous béta2-mimétiques est imparfaite et l'utilisation de corticoïdes per os est nécessaire. Ce test a été associé à un exanthème érythémateux généralisé.

Bibliographie

Allergol. Immunopathol. 2006,34:174 Perez-Ezquerra P.R. et al.
Hautartz 1999, 50:665 Meier H. et al.

Tableau